Intervention de Martine DAVID sur le déclassement A6-A7

La lecture de ce vœu amène au premier constat : plusieurs éléments de présentation ne sont pas conformes à la réalité et méritent d’être corrigés.
          Revenons d’abord sur la prétendue absence de concertation et d’information, démentie par des faits précis :
o   3 réunions du groupe de travail Grandes Infrastructures, associant tous les Maires de l’agglomération, ont eu lieu pour présenter et échanger sur le projet de déclassement A6/A7 aux dates suivantes : 07/04/2016, 05/07/2016, 04/01/2017.
o   Le Conseil de Métropole, réuni en séance publique le 11/07/2016, s’est prononcé favorablement pour solliciter auprès de l’Etat le déclassement des autoroutes A6/A7 dans la traversée de l’agglomération. Ce rapport a fait l’objet d’une présentation détaillée au sein de la commission ad ’hoc, puis devant le Conseil et a permis l’expression de tous les groupes politiques.
o   A l’issue de la parution le 29/12/2016 du décret portant déclassement des autoroutes A6/A7, s’est tenue, le 30/01/2017, une commission générale publique assurant une présentation complète du projet et, le même jour, le Conseil a adopté, après expression de tous les groupes, une 2ème délibération qui, notamment, prend acte de la proposition de l’Etat de mener conjointement avec la Métropole une large réflexion sur le réseau classé à grande circulation de l’agglomération.
o   Une présentation tout aussi détaillée a été effectuée en Pôle Métropolitain en présence des élus de la Communauté de Communes de l’Est Lyonnais (CCEL), de la Communauté d’Agglomération des Portes de l’Isère (CAPI), de Vienne-Agglo et de Saint-Etienne Métropole.
o   Enfin, une présentation a eu lieu à la Commission Déplacements de la Région, le 12/01/2017.

On le voit, un minimum d’objectivité permet de reconnaître que ce dossier est public, accessible à tous, détaillé à la fois en ce qui concerne le déclassement A6/A7 et l’avenir de cette voierie mais aussi tous les aménagements nécessaires à l’Est : shunt de Manissieux, nœud de Ternay, élargissement à 2 fois trois voies de l’A46 sud, nœud des îles, les études sur le prolongement de l’A432 et la réalisation de l’Anneau des Sciences à l’Ouest de Lyon. Il est assez stupéfiant qu’avec toutes ces occasions de débat, aisément vérifiables, l’information ne soit pas correctement relayée dans notre commune, y compris lors de cette séance du Conseil Municipal.
          Si je poursuis l’analyse des affirmations erronées, le vœu indique qu’à ce jour ne sont connus ni les coûts, ni les modalités, ni les calendriers. Il faut tout de même une bonne dose de mauvaise foi pour « oublier » le phasage annoncé précisément le 30/01 dernier, qui s’étale de 2017 à 2030 et prévoit pour chacun des 3 horizons les mesures nécessaires. On peut évidemment réclamer davantage de concertation, celle-ci est toujours porteuse, mais encore faut-il ne pas déformer la réalité déjà suffisamment complexe et débattue sereinement. Je me réjouis d’ailleurs que Gérard COLLOMB ait répondu positivement à l’association FRACTURE pour la tenue d’une réunion publique dans l’Est Lyonnais, cela permettra de combattre la désinformation répandue ici ou là.
          Par ailleurs, je pense que votre demande de mégastructure ne relève pas, telle que vous la décrivez, de l’autorité du président de la Métropole, mais de celle du Préfet de Région et ainsi peut-être verra-t-elle le jour.
          J’ai enfin noté une autre contrevérité dans ce texte, à propos de ce que vous faites dire au SCOT. J’indique que le SCOT 2010, d’ailleurs modifié et adopté en 2016, pose comme orientation la nécessité de hiérarchiser les réseaux de voieries pour séparer les trafics. Les différents projets routiers inscrits au SCOT poursuivent leur propre objectif. Tous ces objectifs restent complémentaires, et il n’y a pas d’orientation indiquant qu’un de ces projets soit subordonné à la réalisation préalable d’un autre projet. En outre, La Directive Territoriale d’Aménagement de l’Aire Métropolitaine Lyonnaise ne définit pas non plus une hiérarchie ou une conditionnalité dans la réalisation des projets.

Ces corrections étant précisées, je veux confirmer notre jugement à l’égard de ce dossier majeur. Nous considérons que le déclassement des autoroutes A6/A7 constitue une opportunité historique qu’il fallait saisir.

Nous approuvons, dans le même temps, l’orientation forte qui est adoptée par l’Etat et la Métropole d’en faire un dossier d’agglomération essentiel pour tous les territoires. Essentiel pour nos concitoyens lorsque nous voyons se multiplier les risques d’insécurité, les bouchons et les pics de pollution ; essentiel pour les entreprises et le maintien du dynamisme économique, tout particulièrement à l’Est. Aujourd’hui, il faut admettre malheureusement que l’hypothèse du COL s’est grandement éloignée, ce qui implique de se saisir du bouclage à l’Est d’un grand contournement par l’A432, pouvant réellement détourner le trafic de transit – 44 000 véhicules/jour – et résoudre par là-même des dysfonctionnements majeurs qui s’aggraveraient demain si rien n’était fait, c’est le cas notamment sur l’itinéraire de la Rocade. J’ajoute que, sous l’autorité de l’Etat, les services travaillent sérieusement à l’hypothèse d’un péage sur la Rocade Est à l’encontre du trafic de transit – cela existe ailleurs. Notre législation peut évoluer rapidement à ce sujet, et donc permettre la mise en œuvre d’un tel dispositif dissuasif et complémentaire d’autres mesures techniques.

Il convient aussi de noter qu’un effort conséquent de la Métropole et du SYTRAL est à l’œuvre pour le développement des transports en commun. Les résultats de l’enquête ménages-déplacements sont probants : 303 millions de déplacements par an en 2001, 450 millions aujourd’hui. C’est considérable et très encourageant. L’objectif est de poursuivre cette montée en puissance au bon endroit, au bon moment. A ce sujet, des réunions de travail sont prévues avec les Maires à propos des parkings-relais et de l’intermodalité. La part modale, près de 20% des déplacements dans l’agglomération, contribue à réduire le trafic automobile et la pollution. Il faut donc également se saisir de cet effort au profit de l’Est lyonnais et des habitants de nos communes car il y a beaucoup à gagner.

En synthèse, le déclassement des autoroutes A6/A7, comme le montre le dossier élaboré par la Métropole, prévoit un calendrier et un programme de travaux et de mesures coordonnés sur l’ensemble de notre territoire afin d’éloigner le trafic de transit, c’est-à-dire 25 000 véhicules/jour de la Rocade Est, 3 000 véhicules/jour du périphérique. Nous en suivrons la mise en œuvre.

Il y a en revanche un écueil à éviter, celui de ramener en cœur d’agglomération des trafics supplémentaires de surcroît en transit. Et c’est ce qu’il faut craindre du projet de l’A45, dramatique pour le Sud-Ouest lyonnais – Pierre-Bénite, mais aussi plus à l’Est, Saint-Fons, Vénissieux Saint-Priest, projet que vous avez malheureusement, Monsieur le Maire, approuvé et voté à la Région sans que les informations indispensables soient mises à la disposition du public. Nous sommes donc très surpris que la demande de concertation formulée dans votre vœu ne s’applique pas au projet d’A45 mené par le Président de la Région et sa majorité. Pourtant, la conséquence sera de faire pénétrer dans l’agglomération 52% de trafic supplémentaire par rapport à aujourd’hui, soit 20 300 véhicules/jour de plus sur l’A450 et les voieries connexes.

Quand on veut traiter d’un dossier majeur comme celui-ci, il faut le faire avec objectivité et responsabilité. Nous regrettons vivement que ce ne soit pas le cas pour ce vœu rédigé avec trop de partialité. Aujourd’hui encore, les mots que vous employez dans la presse sont inutilement polémiques.

Pour notre part, nous avons tenu ce soir à apporter des éléments essentiels au débat. Nous sommes à la disposition de tous ceux qui le souhaitent pour découvrir et débattre de ce dossier, tel qu’il est aujourd’hui et tel qu’il évoluera.

Nous continuerons à être extrêmement attentifs à la mise en œuvre progressive des mesures annoncées, notamment celles qui sont de nature à répondre aux besoins et à l’avenir des habitants et des territoires de l’Est Lyonnais.

En raison des réserves ainsi explicitées, les élus du groupe Socialistes et Républicains s’abstiendront sur ce vœu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s