Décembre 2016 : La ville dormira encore en 2017 !

Les orientations budgétaires présentées lors du Conseil municipal du 24 novembre dernier traduisent les intentions de l’équipe municipale majoritaire pour l’année 2017.
Les points majeurs sont vite résumés :
       Police municipale et vidéosurveillance : toujours plus !
       Education : on rétablit les ATSEM (Agents Territoriaux des Ecoles Maternelles) supprimées les deux dernières années. Tout ça pour ça ! Et on promet à nouveau, pour la 3ème année consécutive, d’avoir 16 référents pour coordonner les activités périscolaires !
       Des places de crèches (3 en 2017 ?).
       Clubs sportifs : accompagnement des clubs dans leurs parcours de haut niveau (en place depuis plusieurs années).

Côté investissement, on trouve :
       L’acquisition de l’imprimerie afin d’utiliser le terrain pour l’extension du Groupe scolaire Jean Jaurès.
       La rénovation du TTA (nécessaire) et son extension (ne répondant à aucun besoin, et dont les conséquences n’ont pas été étudiées).
       La poursuite de travaux engagés sur plusieurs sites, dont quelques écoles, et la MSPU (Maison de Santé Pluri-Professionnelle et Universitaire).
       Et toujours rien sur le Parc Mandela, pour lequel la ville continuer à payer une personne à temps plein (+ voiture) depuis 2 ans … Curieuse gestion des deniers publics !

On ne parle plus de situation financière difficile, puisque les orientations budgétaires décrivent clairement la bonne santé des finances de la ville, son faible niveau d’endettement, son bon niveau d’équipement et la croissance continue de ses recettes fiscales, essentiellement grâce aux entreprises qui s’installent.
Aucun souffle donc, aucun projet d’envergure, pas de vision de la ville, et ça se voit de plus en plus dans les budgets insipides successifs.
Seuls existent des projets au coup par coup, quitte d’ailleurs à être en contradiction avec les principes affichés précédemment. Dernier exemple en date : la ville est allée chercher un promoteur pour construire 90 logements (dont 60 collectifs) sur un terrain vide de 16 000 m², rue Racine. Nous avions pourtant compris que le Maire voulait arrêter de « bétonner la ville » ?

Les San-Priots méritent des projets, pour leur quotidien et pour leur avenir.
En 2017, la ville sera toujours en sommeil …

Daniel GOUX

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s