Bilan de la Droite : saison 1-épisode 1

LE BILAN AFFICHE PAR G.GASCON

Magnifique plaquette pour défendre les projets de l’ancienne municipalité !

Des chiffres sans commentaires, et pour cause, peu ont un véritable sens…

Des paroles de San-priots souvent prudentes

Des photos sans intérêt qui meublent le document sans lui apporter de sens…

Oui, c’est bien « le sens » qui manque à cette plaquette, à l’image de l’équipe qui l’a commandée.

Mais soyons sérieux, étudions les histoires que nous raconte notre Maire.

1/ Education / Jeunesse

L’introduction :

« L’apprentissage, l’éducation, l’instruction sont des notions fondamentales pour nous » ; et pas un mot sur les rythmes scolaires ou le périscolaire. Certes la communication sur ce sujet aurait été calamiteuse : pas de réflexion construite sur les rythmes scolaires, pas de débats, juste un questionnaire aux parents proposant des options non argumentées. L’équipe municipale se plie à la loi du plus grand nombre (on veut le croire alors même que le processus démocratique est assez aléatoire…) sans avoir fait œuvre de pédagogie (c’était pourtant le moment ou jamais !). Le périscolaire : les agents se débattent comme ils peuvent avec des orientations éducatives floues ; la promesse d’un référent par école semble bafouée…le bateau prend déjà l’eau, alors imaginons la rentrée scolaire et son abandon des activités périscolaires.

Des caméras de vidéo-protection : quelle éducation accompagne ce dispositif ? des caméras sans pédagogie conduiront à la culture de la crainte (dans le meilleur des cas) plutôt qu’à la culture du vivre ensemble et du respect.

Les chiffres :

  • 3500 repas de cantine – quelle gloire, alors même que c’est une obligation de fournir à tout enfant la possibilité de se restaurer à l’école ; ce n’est donc pas une orientation politique forte, mais une contrainte exécutée.
  • 8000 élèves scolarisés en 2018 : quel bilan ! prévu depuis quelques années
  • 270 agents municipaux, le service le plus important de la ville…comme toutes les villes, quel beau défi relevé, Monsieur le Maire !
  • 3 000 000 d’euros pour la cuisine centrale ; pour mémoire, le marché public avait été lancé par l’équipe précédente. Tout était sur les rails ; ce n’est donc pas non plus un projet, ni une réalisation de l’équipe de G.GASCON.
  • 32 personnages Arthur et Zoé : ça, chapeau ! c’est vraiment du lourd comme réalisation ! Merci M. le Maire !
  • 30 millions d’euros investis dans la rénovation des bâtiments scolaires.

L’équipe précédente en a investi 32. Oui la rénovation des groupes scolaires est un chantier permanent ; G.GASCON et ses amis l’ont découvert, tant mieux, l’important c’est de progresser. Pour autant parler d’un Plan Marshall…c’est risible ! (Le Plan Marshall, c’est l’équivalent de 100 milliards d’euros aujourd’hui, soit l’équivalent du quart des dépenses totales de la France en 2018 – la rénovation des écoles de Saint-Priest ne va pas représenter le quart des dépenses de la Ville des 4 prochaines années).

L’école BRENIER était prévue par l’équipe précédente ainsi que la prise en charge de l’augmentation de la population scolaire, comme en témoignent des études réalisées à l’époque.

Les réalisations :

  • Un collège privé à Manissieux : cela est bien une prise de position politique claire et sans bavure de la nouvelle équipe. On favorise l’enseignement privé qui permet à ceux qui en ont les moyens d’inscrire leurs enfants dans des écoles qu’ils pensent protégées de l’horrible société si terrifiante qu’on nous peint à longueur de journées sur les ondes. On offre la possibilité à ceux qui en ont à peine les moyens de se saigner pour arriver à s’insérer dans ce monde qu’on pense privilégié. Et l’éducation publique, l’égalité des san-priots face à « l’instruction » (comme ils disent) ; et la laïcité … pas entendu parler.
  • Une bourse au mérite : qui a eu cette idée de génie ? Quelqu’un, sans doute, qui ne s’est pas intéressé aux travaux de psychologie ou de cognition sociale depuis les années 50.

Heureusement l’enseignement privé se renforce à Saint-Priest ! Tout n’est pas perdu !

Parole de San-Priode :

Très politiquement correcte, mais certainement sincère, elle aurait pu prendre place dans 95% des publications d’auto satisfaction des maires de France.

Bilan réel de l’équipe GASCON : 1 collège privé (dans 2 ans il pourra annoncer 1 lycée privé)
et une bourse au mérite

2/ Culture et Festivités

Attention les yeux ! Les familles de Saint-Priest vibrent maintenant. Décidément, le ridicule ne tue pas.

Assez chouette ce chapitre ! Détaillons :

L’introduction :

Le Marché de Noël, le Festival Music en Ciel, le Concours international de piano et une hausse quasi miraculeuse de la fréquentation des équipements.

Où sont passés  le Raid Live et le Salon de la Petite Edition ?

Pour les livres nous aurons bientôt, peut-être, une librairie DECITRE dans la médiathèque…Chacun appréciera ce pseudo « partenariat public – privé » profitable au p……rivé, oui, oui !

Il ne faudra pas se tromper de porte…ce ne sera pas le même tarif !!

Les chiffres :

Le « nombre estimé » de spectateurs de Music en Ciel, du feu d’artifice et du marché de Noël est d’une fiabilité toute relative, par essence même.

  • Bref, reconnaissons cependant et sans discuter le succès de Music en Ciel.

Question : quelle est la proposition d’un tel Festival ? Offrir à nos concitoyens et au-delà d’ailleurs, la possibilité de consommer un spectacle musical, de qualité certes mais l’orientation proposée par le Raid Live et son concert final apportait une dimension spécifique : il s’agissait de proposer aux gens de faire ensemble une ou des activités et, ensuite, de profiter d’un moment pour recevoir ensemble. C’est une philosophie de la vie collective toute différente sous le mandat précédent.

  • Les 10 000 spectateurs du feu d’artifice au château ont-ils tous pu apprécier les effets pyrotechniques… ? Même ceux au sol, invisibles pour la plupart d’entre eux ? Le Château est-il le meilleur endroit pour une telle programmation ? N’était-ce pas une volonté de changer pour changer… ? Pas convaincant le chiffre…
  • Le Marché de Noël, mis à toutes les sauces : 2000 patineurs et 94 % de satisfaits. 6% de ronchons, ou d’opposants de gauche bornés…allez savoir !
    Une bonne idée ce Marché de Noël, non ? Encore un endroit offert à la consommation, comme si cela ne suffisait pas au moment des fêtes de fin d’année.
    On ne pourrait pas avoir un temps plus créatif, qui développe vraiment la culture, qui soit un outil pour s’émerveiller et non pour acheter ? On aurait aimé des chiffres sur la participation des commerçants, leur satisfaction, leurs motivations. Mais, bon ! ca sera pour le Bilan de fin de mandat.
  • Hausse du nombre de spectateurs au TTA: si le temps des places offertes pour les spectacles sans succès est terminé, le chiffre est peut-être significatif. Sans éléments, soyons cléments !
  • Hausse du nombre de spectateurs au cinéma Le Scénario: alors, là… on ne sait pas où sont décomptés les spectateurs, certainement pas au cinéma. Les salles sont très rarement convenablement remplies. Ce chiffre semble très curieux, même en comptant les séances scolaires… Pas convaincu !

Est-ce que l’augmentation de 15.89 % depuis 2015 justifie la construction de nouvelles salles ?

Les réalisations :

  • Outre celles déjà évoquée, il y a le coup de bluff sur le Château rendu aux citoyens. Sur les 47 000 de nos concitoyens, combien iront se régaler dans le restaurant semi-gastronomique que l’on nous promet… ?
  • Et le Concours International de Piano qui a fait que le monde avait le regard tourné vers Saint-Priest. Mais où va se loger la mégalomanie de certains ?!
    En soi, l’évènement n’est pas critiquable, bien sûr, même si la forme de ces prestations est un peu vieillie. A qui a profité ce concours ? Au monde entier, à lire Couleurs ; mais encore ?

A des classes d’élèves briefés sur le silence absolu à respecter (ce qu’ils ont d’ailleurs fait), et puis quoi ensuite, et puis quoi, avant ?et puis quoi pendant ?

Encore un coup de consommation au lieu d’un coup d’éducation… ! Vraiment dommage pour les enfants de Saint-Priest.
Enfin ! 10 000 euros ont été attribués par la Ville pour le premier Prix (c’est vrai qu’à Saint-Priest, maintenant, on aime les bourses au mérite…). Espérons que ces euros ne manqueront pas aux projets du conservatoire, qui, lui, à une vocation à profiter à tous les San-priots.

A venir

  • La rénovation du TTA : projets, contre projets, initiatives malheureuses…un coût d’études chargé pour revenir peu ou prou au projet initial de l’équipe précédente. Respect !

Bilan réel de l’équipe GASCON : Une culture à consommer, des festivités pour consommer.
Et si on parlait de politique culturelle, maintenant ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s